Au risque de décevoir les fans de science-fiction, je tiens à vous prévenir que cet article n'est pas une revue sur le film E.T! Cependant, il traite bel et bien de la vie d'une certaine extra-terrestre.  Cette extra-terrestre: c'est moi! Je ne viens ni de Mars (ni de Vénus) mais j'ai quelques petites similarités avec E.T... Dans le film, E.T est perdu sur terre, loin de sa planète, loin de son environnement familier, et bien qu'il s'adapte plus ou moins au départ et se fasse un ami en la personne du petit garçon Elliott tout ce qu'il souhaite vraiment c'est de rentrer chez lui, au point qu'il en meurt presque. (NB. Si les portables avaient existés à l'époque il aurait eu bien moins de problèmes, mais passons!). 

Ce n'est peut-etre pas le meilleur exemple, mais E.T semble avoir vécu quelque chose de très similaire à ce que nous appellons de nos jours: le choc culturel. Si ça ne vous dit rien: prenez une minute pour répondre ou réfléchir à ces questions (c'est important avant de lire la suite):  Qu'évoquent pour vous les concepts suivants "à la maison" et "chez-soi" ? À quoi pensez-vous: est-ce les personnes, l'endroit, la météo, la nourriture, la langue, certaines odeurs ou émission télés favorites ou marque préférée de biscuits qui font de votre chez-soi ce qu'il est? Ou bien dans le sens inverse: quelles sont les choses ou personnes sans lesquelles vous ne vous sentiriez plus "chez vous" ou sans lesquels vous auriez du mal à vivre?

Après de multiples périples interculturels je me retrouve à Marseille, France, après 10 années d'absence. La ville a changé, ma famille a changé et s'est agrandie, les lois et le gouvernement ont changés. Ces changements là ne sont pas si difficiles que ça, on s'adapte, mais le changement le plus difficile auquel je dois m'adapter c'est que j'ai changé. Cela peut paraitre bizarre, mais oui. Mes normes culturelles, sociales, manières de vivre et de penser, ne sont plus les memes - en anglais on dirait un "mish-mash" - je suis un méli-mélo culturel. Je suis "désintégrée" et le chemin amenant à la réinsertion ne sera pas sans dos d'ânes.

Donc je prends mon temps. Pour l'instant j'observe. J'essaie de prendre du recul et ne pas juger trop vite des coutumes qui me semblent un peu étrangères (et désagréables!). Je m'amuse souvent de ma propre incapacité à expliquer certaines choses en français ou bien à observer mes propres réflexes qui sont, pour la plupart, très "British". J'écrirai plus à ce sujet. 

En attendant, mes pensées réflètent beaucoup celles d'une auteur de blog américaine chrétienne qui a vécu et grandit aux quatres coins du globe. Voici ce qu'elle conclut: (traduction libre)
Dieu m'a créée en tant qu'être humain, unique, et cela me suffit pour me sentir bien dans ma peau. Je n'en ai pas encore terminé et il y aura de nouvelles aventures culturelles palpitantes à venir! Mais en ce qui me concerne, être "chez moi", veut dire tout simplement accepter chaque expérience, passée ou nouvelle, peu importe d'où elles viennent, et marcher avec d'autres pèlerins sur le chemin. J'ai appris que peu importe que l'on soit un ETC (Enfant de Troisième Culture) ou ATC (Adulte de Troisième Culture), laissons la vie nous surprendre. Célébrons avec JOIE." 
Si n'avez jamais fait l'expérience de quitter votre ville ou pays ou culture natales, et si vous en avez le courage, pourquoi ne pas prévoir un voyage à l'étranger? Ne serait-ce que pour quelques jours. Ou bien séparez vous de ces choses auxquelles vous tenez tant pour une semaine? C'est une expérience qui vous rendra un peu vulnérable pour un temps mais c'est quelque chose d'unique et enrichissante qui invite à se remettre en question. 
Quelles sont mes attaches? 
Qu'est-ce qui définit ce que je suis? 
Qu'est-ce que mon "chez moi"? 

 





Leave a Reply.